Portrait d'Amrita Sher-gil. 
Texte : "Amrita Sher-Gil. Cette peinteresse née en 1913 et morte en 1941, que l'on surnomme la Frida Kahlo indienne, a connu une carrière très brêve mais très intense marquée par le métissage de ses origines et sa quête d'identité culturelle.

Si l'oeuvre d'Amrita Sher-Gil porte la marque de son amour pour le réalisme, le naturalisme et le postimpressionisme français, elle se revendique avant tout des courants typiques de son pays natal, comme la peinture pahari ou les fresques bouddhistes d'Ajanta.

En dessous, dans un cadre, à côté d'une reproduction de peinture pahari : "Le terme Pahari" désigne un ensemble d'écoles de peintures indiennes ayant court entre le XVIIe et le XIXe siècle. Ce sont des peintures très spirituelles, que l'on retrouve surtout dans les temples hindous himalayens."

en dessous : "L'oeuvre d'Amrita s'inscrit également dans le mouvement socio culturel de la Renaissance Bengali : entre le XIXe et le XXe siècle, un éveil intellectuel secoue le pays entier, et les moeurs interdisant, par exemple, l'accès à l'art aux femmes sont remis en question en faveur d'une émergence littéraire et culturelle du pays.
BIOGRAPHIE
Case 1 : portrait d'un couple hétéro tenant un petit bébé dans les bras.
texte : "Le 30 janvier 1913, l'aristocrate Umrao Singh Sher-Gil Majithia et la chanteuse Marie Antoinette Gottesmann accueillent leur première fille : Amrita.

Case 2 : le même couple, avec un bébé de 2 ans et une petite fille de 3-4 ans
texte : "Un an plus tard, sa petite soeur Indira vient agrandir la famille".

Case 3 : Umrao Sher-gil prend en photo ses deux filles
texte : Umrao Singh Sher-Gil Majithia est un passionné de photographie : il immortalise sur pellicule l'enfance de ses deux filles

Case 3 : une main tient une photo sur laquelle on distingue deux silhouettes
texte : "Ainsi, on sait que dès son enfance Amrita faisait poser ses domestiques pour dessiner leur portrait ..."
Case 1 : amrita avec une valise devant une carte
texte:  Entre 1921 et 1924, Amrita et sa famille voyagent énormément. A 11 ans, elle connait déjà l'Italie, la Hongrie et l'Inde.

Case 2 : amrita, beaucoup plus âgée, avec sa petite soeur, jouent du piano & du violon
texte : "Issue de l'aristocratie, Amrita & sa soeur sont initiées à tous les arts"

Case 3 : Amrita sort des vêtements d'une valise, devant la tour eiffel.
Texte : "a 16 ans, Amrita déjà particulièrement douée en dessin part en France pour devenir peinteresse professionnelle"

Case 4 : texte : "A paris, elle enchaîne les formations prestigieuses : elle passe par l'académie de la grande chaumière, l'atelier lucien simon & les beaux arts"
l'image montre ces 3 bâtiments.
case 1 : Amrita émerveillée devant des peintures
texte : "Elle y tombe amoureuse des peintres de son époque : Cézanne, Gauguin, Renoir et Modigliani"

Case 2 : Amrita en plein doute devant un coq & un paon
texte : mais ces années parisiennes la plongent également dans une profonde introspection sur son identité culturelle et ses racines"

case 3 : amrita en plein rencard avec un homme fait de l'oeil à une femme derrière elle.
texte : "Elle profite malgré tout de la vie de bohême que lui offre la capitale : Amrita est connue pour avoir eu de nombreuses conquêtes, tant chez les hommes que chez les femmes"
case 1 : amrita regarde par la fenêtre d'un avion la tour eiffel s'éloigner d'elle. 
texte : "Mais rapidement, Amrita ne se sent plus à sa place en france : elle a le mal du pays, et décide de rentrer en inde pour partir à la recherche de ses racines."
amrita dit : "Il n'y a qu'en Inde que je puisse peindre. L'Europe appartient à Picasso, Matisse, Braque ... l'Inde n'appartient qu'à moi."

Case 2 : plan sur une ville en haute montagne
texte : "Elle s'installe dans la ville de Shimla, capitale de l'Etat de Himachal Pradesh"

Case 3 : portrait d'un homme en tenue militaire
texte : "elle y rencontre l'officier Karl Khandalavala, qui l'encourage à voyager à la rencontre de ses racines indiennes.

Case 4 : Amrita, torche à la main, devant des bas relief.
Texte : "Lors d'une expédition, elle tombe sous le charme des fresques bouddhistes d'Ajanta.
TW Féminicide / avortement
Case 1 : Amrita est au bras d'un homme. elle le regarde avec tendresse, lui fronce les sourcils.
texte : "En 1938 elle épouse son cousin Victor Egan"

Case 2 : Amrita peint dans un petit atelier de campagne
texte : "Dès l'ors, ses peintures se concentrent sur la vie quotidienne et tranquille de l'Inde rurale"

Case 3 : un panneau sur lequel est écrit "Amrita" devant des toiles accrochées au mur
texte : "en 1941, une grande exposition lui est consacrée en inde"

case 4 : que du texte
"... malheureusement, Amrita s'éteint quelques jours avant l'ouverture. Les causes de sa mort sont floues : si officiellement elle fut victime d'une maladie grave entraînant le coma, certains historiens pencheraient d'avantage vers une infection due à un avortement, voire vers un féminicide commis par son mari.

Case 5 : que du texte
"Si Amrita Sher-Gil n'est que très peu connue en France, ses peintures sont encore aujourd'hui déclarées trésor national en Inde. Elle fut une source d'inspiration pour de nombreuses peinteresses Indiennes, notamment Arpita Singh. Bien que brève, sa carrière artistique fut particulièrement prolifique : on lui attribue aujourd'hui plus d'une vingtaine de toiles.
fin du tw

Cet article était disponible 24h à l’avance pour mes supports Patreon.


 

Toutes les oeuvres montrées appartiennent à leurs artistes. Les oeuvres d’Amrita Sher-Gil sont la propriété intellectuelle de ses ayants droits. Cette bande dessinée respecte les articles L 211-3 et L 222-5 du code de la propriété intellectuelle en ce qu’elle est une oeuvre a but critique et pédagogique : « Les bénéficiaires des droits ouverts au présent titre ne peuvent interdire sous réserve d’éléments suffisants d’identification de la source les analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d’information de l’oeuvre à laquelle elles sont incorporées »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.